Découvrir la Provence en groupe - Les produits provençaux



Les produits provençaux

Les 19 AOC « vins »



Le vignoble de Provence-Alpes-Côte d’Azur n’est pas seulement l’un des plus réputés au monde, c’est aussi le plus ancien de France : on dit que la vigne fut introduite, pour la première fois en Gaule, à Marseille, au VIe  siècle avant J.-C…

Aujourd’hui, la viticulture régionale représente le 2ème vignoble AOC de France en surface, plus de 1 000 caves particulières, une centaine de caves coopératives et une exploitation sur quatre qui produit du vin. Au final, 19 AOC à déguster, avec modération !


 Bandol

 Beaumes-de-VeniseBellet

Cassis

Châteauneuf-du-pape

Côteaux d’Aix-en-Provence

Côteaux de Pierrevert

Côteaux varois en Provence

Côtes de Provence

Côtes du Luberon

Côtes du Rhône

Côtes du Rhône Villages

Côtes du Ventoux

Gigondas

Les Baux-de-Provence

Muscat de Beaumes-de-Venise

Palette

Rasteau

Vacqueyras


Nous vous invitons à découvrir les nombreuses routes touristiques qui sillonnent les vignobles de la région, à la rencontre des vignerons et de leur art de vivre unique.
De la région niçoise jusqu’à la Camargue, ils vous ouvriront leur cœur et vous proposeront une dégustation personnalisée et commentée de leurs vins.

Possibilité de stages de dégustation, participation aux vendanges, hébergement au domaine, randonnées sur les sentiers vignerons…
De nombreux événements sont, par ailleurs, organisés autour du vin : fêtes, festivals, salons…
Interrogez-nous !


 

La truffe


De Novembreà la mi-mars, au pied du Mont-Ventoux, dans le Luberon et l’Enclave des Papes, c’est le temps des truffes, dites «rabasses» en provençal.
Elle fait ici l’objet d’un véritable culte et ses marchés attirent les cuisiniers les plus réputés.
Contrairement aux idées reçues, le sud-est de la France est la première zone de production de truffes noires.
70% des truffes noires commercialisées en France proviennent des marchés du Vaucluse.

Possibilité de séjours truffes avec cours de cuisine : interrogez nous !


 

AOC huile d’olive de Provence


La première appellation au service de toute une région !

Terroir, histoire, savoir-faire ancestral, une A.O.C. c’est d’abord et avant tout, une identité, avec ses spécificités, ses originalités.
Le 26 octobre 2006, le comité national de l'INAO, a voté la reconnaissance de l'AOC Huile d'Olive de Provence.

L’huile d’olive est connue depuis la plus haute Antiquité, les grecs anciens et romains l’utilisaient déjà pour leur cuisine (elle est à l’origine de la cuisine méditerranéenne), pour leurs produits cosmétiques ainsi que pour s’éclairer.
Les sages-femmes en purifiaient le corps des nouveaux nés avant qu’ils ne reçoivent leur premier lange, les reines d’Egypte s’en enduisaient le visage et le corps afin de les préserver du vieillissement, les Pharaons emportaient des jarres d’huile d’olive dans leur dernière demeure.

L’huile d’olive est obtenue uniquement par des opérations mécaniques : c’est un pur jus de fruit.
Bien qu’au fil du temps le matériel ait techniquement évolué, le procédé d’extraction de l’huile, connu depuis la plus haute antiquité, reste le même.


Il comprend trois phases successives :

Le broyage ou trituration et le malaxage des olives en vue de les transformer en pâte

Le pressurage, permettant d’extraire l’huile

La séparation de l’huile et de l’eau par décantation ou centrifugation


L’huile d’olive 1ère pression (moulin à presse) ou extraction (moulin à chaîne continue) à froid signifie que la transformation des olives s’est faite de façon mécanique sans intervention externe (chaleur, solvant…) pour faciliter une meilleure extraction de l’huile.

Possibilité d’itinéraires autour des moulins à huile, dégustations d’huiles et de produits dérivés de l’olive comme la Tapenade. Interrogez-nous !


 

Mais aussi… Fruits, légumes, plantes et autres douceurs de Provence

 

- L’ail (blanc ou violet selon la saison) ;
- La fraise dont la culture fût développée à Carpentras (Vaucluse) dès la fin du XIXème siècle ;
- La cerise ;
- La figue noire ;
- Le melon de Cavaillon ;
- Le raisin muscat du Ventoux ;
- Le petit épeautre de Haute Provence ;
- Les plantes aromatiques ou « Herbes de Provence » : 19% de thym, 26%de romarin, 26% de sarriette, 26% d’origan et 3% de basilic (possède son Label Rouge depuis fin 2003).
- Le safran ;
- Les fruits confits ;
- Le miel (de romarin, de thym, toutes fleurs, de lavande ou encore d’acacia, de chêne et de montagne).
- Les berlingots (petit bonbon en forme de cube ou de dé à jouer, fabriqués à Carpentras) ;
- Le nougat ;
- Le Calisson (spécialité gourmande d’Aix en Provence).

Retrouvez tous ces produits et bien d’autres encore sur les marchés hebdomadaires de Provence, mais aussi à l’occasion de fêtes et animations autour du terroir, organisées tout au long de l’année. Interrogez-nous !


 

10 plats traditionnels à déguster…


L’Aïoli : mayonnaise à base d'huile d'olive et d'ail pilé qui accompagne principalement les poissons et les légumes.

L’Anchoïade : purée d'anchois, mélangée à de l'huile d'olive et de l'ail. Elle agrémente les crudités et assaisonne les salades.

La Tapenade : purée d'olives noires, d'anchois dessalés et de câpres, mélangée à de l'huile d'olive et des aromates. A tartiner sur du pain frais.

La soupe au pistou : soupe de légumes (haricots, carottes, pommes de terre, courgettes, tomates...), accompagnée d'une sauce à l'huile d'olive relevée d'ail et de basilic.

La salade niçoise : salade de concombres, tomates, haricots verts, poivrons, œufs, olives noires, filets d'anchois, arrosée d'huile d'olive et relevée d'ail et de basilic.

La Bouillabaisse : à l'origine plat populaire, elle est devenue coûteuse en raison de la rareté de certains poissons. Son nom vient de"bouillir " et "abaisser" car elle se cuit rapidement à feu vif. Elle contient au moins cinq poissons de roche : congre, rascasse, grondin, lotte, saint-pierre, merlan auxquels on peut ajouter des petits crabes appelés favouilles et des rondelles de pommes de terre. La soupe qui en résulte sert à mouiller le poisson, retiré à part. Elle s'accompagne de tranches de pain et de sauce rouille (aïoli relevé de piments rouges).

La ratatouille : mélange de légumes (courgettes,aubergines, tomates, poivrons...), cuits à l'huile d'olive, avec de l'ail et des herbes de Provence. Elle accompagne les viandes, les poissons et le riz.

Le Tian : gratin de légumes cuits (aubergines, courgettes, tomates) dans un grand plat en terre large et peu profond du même nom.

La Daube : morceaux de bœuf ou de taureau, cuits lentement dans du vin rouge, avec des oignons piqués de clous de girofle, un bouquet garni et des gousses d'ail. Mijotée pendant une journée entière, elle est meilleure encore réchauffée le lendemain. On la sert avec des pâtes fraîches ou du riz camarguais (daube de taureau).

Les 13 desserts de Noël : ils clôturent le souper de Noël et se savourent après la messe de minuit. Ils sont 13 comme le Christ et ses apôtres : raisins séchés, figues sèches, amandes, noix, noisettes, prunes de Brignoles, poires, pommes, cédrats confits, confiture de coings, nougat blanc et noir, cachat piquant (fromage blanc), bugnes frites, galettes au lait parfumées au fenouil et au cumin et pompe à l'huile.

Possibilités de cours et stages de cuisine. Interrogez-nous !